Pertes blanches : quand doit-on s’inquiéter ?

Encore appelées pertes vaginales ou leucorrhées, les pertes blanches sont des écoulements naturels du vagin. Généralement de couleur blanchâtre ou translucide avec une texture gluante, elles équilibrent la flore vaginale, lui permettant ainsi de lutter contre les infections. La perte vaginale est un phénomène naturel qui survient tout au long de la vie hormonale d’une femme (du début des règles à la ménopause). Cet écoulement peut s’accompagner de signes qui, dans certains cas, suscitent quelques interrogations, mais aussi des inquiétudes.

En cas de couleur suspecte

Les pertes vaginales normalement de couleur blanche peuvent dans des cas alarmants se présenter sous d’autres aspects. Il convient dans ce genre de situation d’y accorder une attention particulière. D’une part, une sécrétion de couleur marron peut être le symptôme d’une vaginose, une infection vaginale bénigne. Si tel est le cas, une mauvaise odeur (odeur de poisson) accompagnée parfois de douleurs est souvent associée à ce dépôt marron.

D’autre part, les pertes vaginales peuvent avoir un aspect jaunâtre. Il pourrait également s’agir dans ce cas d’une infection ou d’une mycose. Dans certaines situations, elles peuvent occasionner des brûlures vaginales. Si elles sont en plus de cela purulentes, nauséabondes et irritantes, il y a de grandes chances que ce soit une trichomonase. Il s’agit d’une maladie sexuellement transmissible.

les pertes jaunes peuvent être la manifestation d’autres pathologies sous-jacentes telles que la vaginite, la vaginose, la cervicite, l’herpès génital, etc. Des pertes de couleur verdâtres peuvent également être alarmantes. S’accompagnant généralement de brûlures et de douleurs, elles peuvent cacher un problème assez grave. Il est alors conseillé de prendre rendez-vous avec votre gynécologue afin de déterminer les causes spécifiques de ces symptômes et de trouver un traitement.

En cas de pertes anormalement abondantes

À certaines étapes du cycle menstruel (ovulation), les pertes peuvent être abondantes. Elles le sont également au cours des règles ou lors des grossesses. Il faut signaler que cela n’a rien d’anormal. Toutefois, lorsque les pertes blanches sont trop importantes ou trop épaisses, cela peut révéler les symptômes d’autres problèmes sous-jacents.

Selon les gynécologues, la quantité normale des pertes est d’environ 4 ml par jour. Au-delà de cette quantité, cet écoulement parfois massif peut être le symptôme d’une infection bactérienne, microbienne ou simplement la manifestation d’une maladie sexuellement transmissible. Ces pertes massives peuvent s’accompagner de fortes odeurs et de démangeaisons.

Par ailleurs, des cas de pertes abondantes peuvent présenter parfois des couleurs jaunes. Des précautions particulières sont alors à observer. Il est préférable de consulter un médecin ou un gynécologue pour des examens plus approfondis.

En cas de douleur au cours des pertes

Certaines douleurs et brûlures peuvent subvenir lors des pertes blanches. Cela se produit parfois sur la vulve et le vagin, mais aussi durant les rapports sexuels (protégés ou non). Les brûlures observées au cours de ces rapports sexuels peuvent être causées par un champignon appelé Candida albicans, mais aussi le candida glabrata.

Il s’agit d’une mycose vaginale diagnostiquée par des symptômes tels que des rougeurs et des démangeaisons. Lorsque les douleurs se situent à des endroits autres que le bas-ventre et sont suivies de fièvre, des dispositions particulières sont alors à observer. Dans ces cas toujours, l’avis d’un médecin ou d’un gynécologue est vivement souhaité.

En cas d’irritation pendant les pertes blanches

Une perte vaginale anormale s’accompagne principalement d’une irritation. Les causes de cette dernière peuvent être d’origine bactérienne ou microbienne. Les démangeaisons se situent alors généralement au niveau de la vulve ou du vagin et sont parfois accompagnées de douleurs.

Certaines maladies sexuellement transmissibles peuvent aussi être à la base de ce problème. Lorsque l’irritation devient persistante, elle laisse de traces de rougeur sur la partie qui est infectée. Il est dès lors nécessaire de consulter un professionnel pour se faire traiter.