Insuffisance veineuse : l’essentiel à savoir

Visant un peu plus les femmes, l’insuffisance veineuse est généralement à l’origine des troubles circulatoires, de la lourdeur des jambes et de bien d'autres maux. Touchant des millions de personnes, cette affection est plus fréquente dans les pays industrialisés. Le point ici sur l'essentiel de ce qu'il y a à retenir à son sujet.

Qu’est-ce qu’une insuffisance veineuse ?

L’insuffisance veineuse ou maladie veineuse est une pathologie qui se caractérise par la mauvaise circulation du sang dans les veines. Ce qui occasionne des gonflements, des démangeaisons, des crampes, des varices, des douleurs, des jambes lourdes…

L’insuffisance veineuse est généralement causée par la dégradation de la paroi des veines qui conduit à un retour du sang vers le cœur. Ainsi, le sang végète dans les membres inférieurs, entraînant donc des lourdeurs et des douleurs.

Quels sont les symptômes de l’insuffisance veineuse ?

La maladie veineuse se manifeste essentiellement à travers les symptômes suivants :

  • gonflement des jambes (œdème),
  • lourdeur des jambes,
  • démangeaisons,
  • douleurs ou picotements au niveau des membres inférieurs,
  • veines gonflées et douloureuses (varices),
  • crampes des membres inférieurs,
  • phlébologies (douleurs spécifiques d’un circuit veineux),
  • télangiectasies (distension des petits vaisseaux ou des veinules).

En cas de complication, l’insuffisance veineuse peut également provoquer des ulcères sur les membres inférieurs et une thrombose veineuse profonde. De même, selon l’évolution de la maladie, des hémorragies manifestes peuvent être notées. Par ailleurs, ces symptômes sont souvent attisés par l’immobilité et la chaleur. Ils deviennent également plus intenses en fin de journée.

Quels sont les facteurs de risque liés à l’insuffisance veineuse ?

Plusieurs facteurs peuvent favoriser le développement de l’insuffisance veineuse. Il s’agit notamment :

  • de la grossesse,
  • de l’hérédité : en effet, avoir un parent atteint augmenterait de 45 % le risque d’être touché,
  • de l’obésité : elle entraîne plus de pression sur les jambes, diminuant ainsi le reflux veineux,
  • de l’absence d’activités physiques,
  • du tabagisme : qui affaiblit la tonicité des veines,
  • du vieillissement,
  • de l’exposition continue à la chaleur.

Un adulte sur trois souffre de la maladie veineuse en France et plus de dix-huit millions de personnes sont atteintes.

Comment se déroule le diagnostic de l’insuffisance veineuse ?

Le diagnostic de la maladie veineuse est déterminant car il définit le traitement à choisir et nécessite un interrogatoire de la part du médecin. Ce dernier pourra vous interroger sur les circonstances d’apparition des premiers symptômes du mal, ainsi que vos antécédents familiaux. Il peut également chercher à connaître les maladies dont vous souffrez déjà et les traitements en cours.

De même, vous serez interrogé sur votre mode de transport, votre profession, vos conditions de travail, etc. Il pourra aussi tester la tonicité de vos veines et inspecter vos jambes à la recherche d’éventuelles varices. Le principal examen clinique qui permet de diagnostiquer l’insuffisance veineuse est l’écho-doppler veineux des membres inférieurs.

Quels sont les traitements possibles à l’insuffisance veineuse ?

Le traitement de l’insuffisance veineuse repose sur la prise des médicaments veinotoniques, le port des bas de contention et des drainages lymphatiques ponctuels. Elle peut également être traitée par sclérothérapie (injection de produit sclérosant dans la veine touchée en vue de la suppression). La veine variqueuse peut aussi être retirée par chirurgie (stripping). D’autres techniques comme le traitement endoveineux par laser ou par radiofréquence par exemple sont aussi envisageables. Ce traitement consiste à retrancher la veine ciblée et à l’ossifier en utilisant la chaleur sous anesthésie locale générale ou locale.

Comment prévenir l’insuffisance veineuse ?

Pour prévenir l’insuffisance veineuse, il est recommandé :

  • de pratiquer une activité sportive douce (marche, natation, vélo, gymnastique…),
  • d'éviter de porter des vêtements trop serrés,
  • de fréquemment monter les jambes lorsque vous êtes assis,
  • d'éviter toute exposition à la chaleur,
  • de porter des chaussures dont la taille des talons reste comprise entre trois et cinq centimètres.

Enfin, il convient de noter que contrairement à ce qui se croit, la contraception n’est nullement contre-indiquée pour une personne qui souffre d’insuffisance veineuse.