Dépression saisonnière : la comprendre pour mieux l’éviter

Lors du changement de saisons, il arrive que certaines personnes soient sujettes à des fluctuations d’humeur. Ces variations climatiques entraînent des troubles telles que la dépression. En effet, le trouble affectif saisonnier (TAS) encore appelée dépression saisonnière est une situation très répandue. Survenant parfois au terme de l’automne, elle peut ne plus se faire ressentir à l’entame du printemps. Ce trouble est souvent plus visible pendant les périodes hivernales.

Comment déceler une dépression saisonnière ?

La dépression saisonnière se manifeste le plus souvent par une sensation de fatigue récurrente. Ce symptôme peut être accompagné d’une perte d’envie de s’amuser ou de sortir. En plus, la personne souffrant du trouble affectif saisonnier peut se sentir inutile. Par conséquent, elle ne prend plus de plaisir à s’adonner aux activités qu’elle préférait auparavant.

Les personnes atteintes de dépression saisonnière connaissent entre autres :

  • de l’anxiété,
  • de la déconcentration,
  • une mauvaise humeur,
  • une absence de motivation,
  • une difficulté à se lever le matin,
  • un désintéressement de toutes activités.

La durée des symptômes dépressifs peut varier d’un individu à un autre. En outre, ils peuvent être plus accentués à certaines périodes. Par exemple, des études montrent que les femmes sont plus susceptibles de présenter un TAS pendant l’hiver. L’exposition à la lumière est diminuée à cause des conditions de l’hiver. Ses nuits sont longues et ses jours sont plus courts. De plus, même lorsque l’état de dépression s’amenuise, la sensation de fatigue reste forte.

Pourquoi certaines personnes subissent une dépression saisonnière ?

L’inventeur de la luminothérapie est également celui qui a conceptualisé la dépression saisonnière. L’explication la plus répandue de la survenance de la déprime saisonnière est le manque de luminosité. Il est combiné avec la durée courte des journées et la fraîcheur. En effet, la lumière joue un rôle essentiel dans la régulation de l’horloge biologique humaine. Elle a une incidence sur le cycle de sommeil et la production de plusieurs hormones.

Par exemple, les rayons du soleil activent la production de mélatonine. Cette hormone est en partie responsable de l’endormissement et du réveil. En plus, elle conditionne l’humeur des individus. En conséquence, lorsque la rétine ne reçoit pas assez de lumière, le cerveau n’enclenche pas sa production à travers l’épiphyse.

Ces différentes perturbations conduisent à l’apparition de symptômes du TAS. Les personnes atteintes commencent ainsi à sombrer dans les mauvaises pensées et l’inactivité.

Comment éviter la dépression saisonnière ?

La raison principale de la dépression saisonnière est un déséquilibre hormonal. Les solutions pour la prévenir consistent à soutenir la sécrétion de ces hormones. Ces solutions peuvent être :

  • l’alimentation,
  • la luminothérapie,
  • l’activité physique.

L'utilisation simultanée de ces trois solutions permet d’atteindre de meilleurs résultats.

La luminothérapie

Les neurotransmetteurs sont stimulés par les signaux engendrés par la lumière. Des lampes sont conçues pour permettre d’emmagasiner beaucoup de lumière. Utilisées le plus souvent le matin, elles permettent d’anticiper sur la déprime. Le principe consiste à reproduire les bienfaits de la lumière naturelle.

Certaines personnes se servent de réveils lumineux. Ceux-ci les aident à reproduire la lumière de l’aube ou encore le crépuscule. Elles arrivent ainsi à s’endormir plus facilement. Leur cerveau reçoit le matin la lumière nécessaire à un réveil progressif.

L’alimentation

L’hygiène de vie est importante dans la prévention de la dépression saisonnière. Par exemple, la fatigue peut être atténuée par un apport suffisant en magnésium. Certains acides aminés favorisent la sécrétion hormonale. Ou encore les vitamines et les oméga-3 sont des régulateurs de l’humeur. Des apports suffisants peuvent être obtenus à travers une alimentation équilibrée ou des compléments alimentaires.

L’activité physique

L’impact d’une activité physique régulière sur la production d’hormones est connu. Elle contribue à rehausser le moral. En outre, elle peut être conjuguée à des thérapies.

La dépression saisonnière peut être prévenue en prévenant ses symptômes ou en s’attaquant à sa cause. Elle peut nuire à la vie professionnelle et aux activités quotidiennes. De ce fait, avant les changements de saison, il convient de se préparer en conséquence. Toutefois, même en présence de ces symptômes, il importe de bien se renseigner avant tout traitement contre la dépression. Il peut simplement s'agir d'une fausse alerte.